Production de masques au sein du Centre pénitentiaire de Luxembourg

Face à la pénurie des masques de protection, les détenues du Centre pénitentiaire de Luxembourg se sont mobilisées pour fabriquer des masques en tissu. Afin de répondre aux besoins accrus en masques, l'atelier des femmes a repris le travail pour participer à l'effort collectif contre le COVID-19.

  1. ©Administration pénitentiaire

    Confection de masques de protection au CPL

    Confection de masques de protection au CPL

  2. ©Administration pénitentiaire

    Production des masques en cours

    Production des masques en cours

  3. ©Administration pénitentiaire

    Production des masques au CPL

    Production des masques au CPL

  4. ©Administration pénitentiaire

    Production des masques au CPL

    Production des masques au CPL

  5. ©Administration pénitentiaire

    Détenues travaillant à l'atelier des femmes au Centre pénitentiaire du Luxembourg

    Détenues travaillant à l'atelier des femmes au Centre pénitentiaire du Luxembourg

  6. ©Administration pénitentiaire

    Livraison de masques de protection à Stëmm vun der Strooss

    Livraison de masques de protection à Stëmm vun der Strooss

  7. ©Administration pénitentiaire

    Livraison de masques de protection à Pro Familia

    Livraison de masques de protection à Pro Familia

 

Sous la supervision de la chef d'atelier, sept détenues fabriquent des masques pour adultes et entretemps aussi pour enfants. Ayant établi une routine, elles produisent quelques 150 à 180 masques en coton par jour qui sont recyclés des déchets de tissu provenant de la buanderie centrale.

La production a commencé il y a quatre semaines et l'objectif primaire visé était de produire des masques pour les besoins internes des centres pénitentiaires. Une fois que les détenus étaient approvisionnés, les femmes ont continué à confectionner des masques pour des parties intéressées externes. Jusqu’à présent, Pro Familia et Stëmm vun der Strooss ont pu profiter de cette offre.

Dernière mise à jour